France Dimanche > Vie pratique > PRATIQUE : Vol de métaux, halte au fléau !

Vie pratique

PRATIQUE : Vol de métaux, halte au fléau !

Publié le 13 janvier 2022

.photos:istock
© iStock -

Non seulement, depuis cinq ans, cette pratique délinquante touche l'ensemble des communes de France, mais aussi les particuliers qui retrouvent leurs voitures démantibulées.

Plaques d'égouts volées, câbles dérobés sur l'autoroute A13, en Île-de-France, aciers dépouillés à la SNCF, les voleurs de métaux ont fait main basse sur notre pays. En conséquence des hausses des cours, qui se sont envolés avec la crise, les malfaiteurs n'hésitent plus à dérober ces matériaux, de la tuyauterie aux câbles d'éclairage, en passant par les pots catalytiques. En effet, des gangs des pays de l'Est se sont spécialisés dans les vols de pots d'échappement sur les berlines de marques allemandes ou japonaises, revendus entre 500 et 1 000 euros au marché noir.


Cette délinquance prospère de façon inquiétante. Commissaire, qu'en pensez-vous ?

Je sais que ces vols sont une spécialité de gens nomades, l'actualité nous le démontre, mais les mafi as de l'Est ont déferlé sur nos contrées pour des raisons simples : un rapport juteux de leurs trafi cs et, surtout, de très faibles sanctions pénales, alors que dans leurs pays d'origine la répression et le régime carcéral y sont des plus rigoureux. Ajoutons que les effectifs policiers ne peuvent faire face à une surveillance continue, faute de personnels et de moyens, et nous en arrivons à ce triste constat…

• Comment lutter contre ces vols menés avec professionnalisme ? 

Faute d'une surveillance physique, il faut développer la vidéosurveillance dans les sites sensibles et, par ailleurs, faire des contrôles systématiques dans les sociétés de récupérations de métaux. Car, sans elles, le trafic serait en effet bien plus compliqué à organiser. Outre l'aspect pénal, il faut aussi y associer les services fiscaux lorsque des irrégularités sont constatées. La sanction financière est toujours d'une efficacité redoutable. 

• Ne faudrait-il pas alourdir la sanction pénale pour décourager ces voleurs ? 

Le Code pénal, dans son article 311-9, prévoit, a minima, une peine de 15 ans de réclusion et 150 000 euros d'amende pour le vol en bande organisée. Sanctions extrêmement lourdes mais « jamais appliquées ». Revoir la sanction me paraît donc inutile. Une loi non appliquée est une loi sans aucune efficacité. 

• Les brigades de gendarmerie et de police spécialisées dans ce type de délit dénoncent la totale impunité de ces malfrats devant la loi. Que peut-on faire contre ces délinquants insaisissables qui appartiennent souvent à la mafia russe et qui se moquent bien de la prison ? 

Comme je viens de le dire, les peines prévues ne sont jamais appliquées. Qu'on soumette les auteurs et leurs complices (les acheteurs) à ces sanctions et l'on obtiendra un effet ! Encore faut-il que les magistrats soient contraints d'appliquer la loi avec des peines planchers dissuasives et, pour cela, le Parlement doit prendre ses responsabilités, ce qu'il ne fait pas puisqu'il les a supprimées. Ce laxisme ne profite qu'aux délinquants, qui prospèrent au détriment des citoyens honnêtes qui, eux, sont pénalisés par les retards de train ou les routes non éclairées. Sans parler de ceux qui retrouvent leur voiture sans pot d'échappement ! 

• Fait nouveau : les particuliers sont touchés à travers leurs voitures. Y a-t-il des parades pour ne pas se faire démonter son pot d'échappement la nuit ? 

À mon sens, il faut mettre une alarme sonore sur le véhicule lorsque l'on est contraint de le laisser dans la rue ou dans un parking public. Et d'une manière systématique, lorsque l'on possède un parking fermé, y entreposer sa voiture. J'ai souvent constaté, surtout en banlieue, que lorsque des résidents disposent d'un garage individuel, la paresse les incite à laisser leur véhicule dehors. Fatale erreur ! 

par le commissaire Vénère

À découvrir