France Dimanche > Vie pratique > SANTÉ : La sieste devrait être obligatoire !

Vie pratique

SANTÉ : La sieste devrait être obligatoire !

Publié le 3 août 2022

.photos:istock
© iStock -

S'arrêter une vingtaine de minutes dans la journée pour trouver le repos… Et si la sieste s'avérait le meilleur des carburants pour relancer la machine ?

“Près d'un tiers des Français sont en déficit d'une heure trente de sommeil par jour.”

Àl'instar d'Isaac Newton, Archimède, Victor Hugo, Albert Einstein ou encore de John Fitzgerald Kennedy, faites un somme ! Que le sommeil s'empare de vous quelques minutes devant le journal télévisé de 13 heures ou que vous décidiez de vous assoupir sur une chaise longue, la sieste est nécessaire à l'organisme. Les spécialistes sont unanimes : elle est antistress, permet au cerveau d'être performant et apporte un regain d'énergie. Voici les explications du docteur Brice Faraut, chercheur en neurosciences.

Parole d' expert : Brice Faraut Docteur en neurosciences, chercheur au Centre du sommeil et de la vigilance à l'Hôtel-Dieu à Paris et auteur de Sauvés par la sieste, éd. Actes Sud.

France Dimanche : Pourquoi est-ce si important d'apprendre à faire une sieste ?

Brice Faraut : Près d'un tiers des Français sont en déficit d'une heure trente de sommeil par nuit. Il faut donc développer une stratégie pour récupérer ce manque. La plupart du temps, ils choisissent le week-end pour ce faire. Mais le mieux est d'apprendre à s'offrir une sieste récupératrice. Car dormir moins de six heures par nuit, semaine après semaine, peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, d'obésité, de diabète, d'hypertension, de dépression… Le manque de sommeil entraîne aussi des problèmes de somnolence au volant, de réduction de la vigilance et une humeur altérée. On sait aujourd'hui que dormir cinq nuits d'affilée pendant cinq heures peut entraîner une prise de poids d'un kilo et une appétence pour le sucre !

“Dormir moins de six heures par nuit, semaine après semaine, peut augmenter le risque de maladies.”

FD : Tout le monde est-il concerné ?

BF : Le fait est que la sieste a des effets bénéfiques sur la créativité. Mais on peut la faire par besoin, par pur plaisir ou simplement pour faire une pause. Pour les personnes âgées en bonne santé, qui se couchent tôt et se réveillent aussi plus tôt, elle est réparatrice si elle ne dure pas plus d'une heure. En revanche, pour les seniors qui ne sont pas en forme, elle peut aussi être un signal d'alarme.

FD : Quels en sont les bienfaits physiques et mentaux ?

BF : Ils sont multiples : on récupère sa vigilance et de l'énergie. La sieste aide à dissoudre le stress, améliore l'humeur et augmente la capacité d'empathie. Elle a aussi un effet anti-inflammatoire sur l'ensemble de l'organisme. Une sieste de dix minutes permet de consolider les apprentissages acquis juste auparavant, en favorisant la mémoire.

FD : Quelle est la meilleure position corporelle pour faire une bonne sieste ?

BF : Outre le confort qu'elle procure, la position horizontale est le gage d'un sommeil de qualité. Pendant une quinzaine de minutes, celui-ci sera plus profond et récupérateur. Pour deux raisons : d'abord parce que les muscles sont complètement relâchés ; ensuite parce que cette posture nous rend moins sensibles et moins réceptifs aux bruits extérieurs.

FD : À quelle heure de la journée est-elle le plus profitable ?

BF : Notre organisme connaît deux creux de vigilance au cours des 24 heures. Le premier se situe au cœur de la nuit et le second au début de l'après-midi. Ce dernier sera d'ailleurs plutôt vers 12 heures pour les personnes qui sont du matin, et vers 15 heures pour celles qui se couchent tard. Par ailleurs, en début d'après-midi, la température du corps a tendance à baisser, ce qui favorise l'endormissement. Voilà pourquoi c'est le moment idéal pour entamer une sieste.

FD : Quelle doit en être la durée ?

BF : Cela dépend, bien sûr, de l'importance de la dette de sommeil que vous avez contractée. S'il vous manque une à deux heures par nuit, s'assoupir une vingtaine de minutes (avec les phases d'endormissement et de réveil) sera énergisant. Si vous travaillez de nuit, la sieste thérapeutique devra durer plus longtemps. Enfin, dans le cas d'un pilote d'avion sur long courrier qui vole toute une nuit, par exemple, il lui faudra plutôt envisager une sieste d'une heure trente avant son vol.

Chiffes-clés

1 personne sur 4 déclare ne pas avoir le temps de faire une sieste à cause de leur emploi, des études ou des obligations familiales.

63 % des travailleurs de nuit ont envie de dormir pendant leur travail.

75 % des personnes qui se lèvent avant 5 h du matin compensent par une sieste l'après-midi.

Parmi les adeptes de la sieste, 14 % la pratiquent plus d'une heure.

Des chercheurs japonais ont mis en évidence qu'une sieste quotidienne limitée à 20 minutes contribue à la vigueur des personnes âgées.

Un roupillon pour récupérer

Marie-Hélène, 63 ans, Grasse En tant qu'infirmière à l'hôpital, il fut un temps où je faisais des gardes de douze heures d'affilée entre 19 heures et 7 heures du matin et cela trois jours par semaine, samedis et dimanches compris. J'étais aussi parfois appelée en urgence pour faire des heures supplémentaires. J'en ai perdu le sommeil. Quand j'ai pris ma retraite, j'ai essayé de retrouver des rythmes, mais ils ne sont jamais vraiment revenus. Aujourd'hui, je m'oblige à faire une sieste d'une demi-heure par jour après le déjeuner, et j'ai la sensation de me sentir un peu mieux. »

Alicia COMET

À découvrir