France Dimanche > Vie pratique > SANTÉ : Stop aux préjugés sur la vieillesse !

Vie pratique

SANTÉ : Stop aux préjugés sur la vieillesse !

Publié le 24 juillet 2021

.photos:istock
© iStock -

Sport, sexualité, médicaments, maladies, dépendance… faisons le point sur de nombreuses contre-vérités

LA MAJORITÉ DES + DE 75 ANS SONT DÉPENDANTS ET LA CASE EHPAD NOUS GUETTE TOUS.

Loin de là ! D'après FAUX Antoine Piau, notre expert gériatre : « 60 % des plus de 75 ans sont dits “robustes”, c'est-à-dire en bonne santé. Même s'ils ont plusieurs maladies chroniques en moyenne, celles-ci sont stabilisées et sans complications. » Il poursuit : « 25 % sont dits “fragiles”, cela signifie qu'ils sont autonomes mais à haut risque de perdre leur autonomie ; et les 10 à 15 % restants sont dépendants. »

AVEC LES ANNÉES, ON N'EST PLUS CAPABLES DE FAIRE DU SPORT.

Régulièrement, des FAUX octogénaires réussissent à finir des marathons ! « Chacun fixe ses objectifs en fonction de ses capacités et de ses envies », tempère notre expert. Et les répercussions positives sont réelles sur la forme, la mobilité et l'humeur ! « Ceux qui pensent qu'ils n'ont pas le temps de faire de sport devront tôt ou tard trouver le temps pour la maladie », alerte-t-il…

La balle est dans votre camp ! Marcher, pédaler, pratiquer une gym douce ou un sport collectif… sans oublier le jardinage, le ménage ou monter les escaliers, tout est bon pour se bouger ! Avis aux passionnés de télé : « Le simple fait de se lever de sa chaise toutes les trente minutes a un bénéfice démontré sur la santé », assure le gériatre.

CONTRE LA FONTE DES MUSCLES ET LA FRAGILITÉ DES OS, ON NE PEUT RIEN FAIRE.

Le plan d'attaque se FAUX résume en trois axes. D'abord, pratiquer une activité physique, comme la marche qui stimule la régénération osseuse par son action mécanique. Ensuite, veiller à son alimentation qui doit apporter assez de protéines (poulet, poisson, légumes secs, céréales complètes) et de calcium (produits laitiers). Enfin, s'exposer au soleil (aux heures où il ne brûle pas, bien sûr), ce qui permet d'obtenir la dose suffisante de vitamine D nécessaire aux os.

Adoptez le régime adéquat ! Pour être certain que vos repas contiennent tout ce dont votre corps a besoin, notez vos menus pour la semaine avant d'aller faire vos courses. Et puis, c'est l'été, alors profitez des légumes et des fruits frais pleins de vitamines !

ARRIVÉ À UN CERTAIN ÂGE, ON A TOUS BESOIN D'ANTIDÉPRESSEURS.

D'après notre expert, FAUX 30 % des plus de 75 ans en prennent pour des idées tristes mais sans réelle dépression. « C'est injustifié et injustifiable », s'exclame-t-il dans son livre, avant de préciser que « la prescription est fondée chez moins de 5 % des plus de 75 ans et pour une période donnée » ! Et ne pensez pas que vieillesse rime forcément avec déprime. En réalité, plus de 80 % des 70 ans et plus se déclarent heureux (L'Observatoire de l'âge, 2015).

Le plaisir est votre meilleur allié ! Listez tout ce qui vous fait du bien : discuter avec une amie, prendre soin de vos fleurs, regarder un film, jouer avec vos petits-enfants, pratiquer une activité manuelle, écouter vos tubes préférés… Et piochez dedans dès que vous sentez le blues poindre le bout de son nez !

S'ILS NE SORTENT PAS, C'EST PARCE QU'ILS AIMENT ÊTRE SEULS.

La crainte de tomber, FAUX de ne pas se sentir assez solide ou de ne plus être à la hauteur de telle ou telle activité, mais aussi une impression d'ennuyer les autres (y compris ses proches) peuvent se cacher derrière un repli. Pourtant, « les gens les plus entourés sont les plus stimulés d'un point de vue cérébral, ils sont moins sujets aux maladies de la mémoire

et autres démences, ont une meilleure résilience face aux accidents de la vie, sont plus susceptibles de vivre chez eux jusqu'au bout et dans de bonnes conditions », argumente notre expert, qui affirme que la solitude doit être combattue.

Luttez contre l'isolement ! Non, il n'est pas trop tard pour lier de nouvelles amitiés ! Allez voir du côté des associations près de chez vous, qu'elles s'occupent d'arts, de loisirs, d'humanitaire ou d'aide aux devoirs. Les antennes des petits frères des Pauvres peuvent aussi organiser des visites à domicile. Pour vous sentir plus solide sur vos jambes, inscrivez-vous à des séances de gym-équilibre, renseignez-vous auprès de la mairie.

ON EST TOUS VOUÉS À PERDRE LA BOULE.

Notre expert l'as-FAUX sure : « Depuis les années  1980, on constate une baisse soutenue de l'incidence des démences ». Cet effet est plus marqué chez les personnes ayant un haut niveau d'études, ce qui souligne l'importance de continuer à apprendre à chaque âge.

Musclez votre cerveau ! C'est le moment de réaliser ses envies et de se lancer des défis : réussir à utiliser son téléphone portable et ses applis, en savoir plus sur un domaine qui vous importe (jardinage, écologie)… Des « universités populaires », « du troisième âge » ou « du temps libre » (universitespopulairesdefrance.fr ; hufuta.fr) proposent des conférences ouvertes à tous, sur des sujets très variés. Autre piste intéressante : le jeu, qui sait bien stimuler les neurones. Et si vous vous retrouviez avec quelques connaissances pour des parties régulières de Scrabble, de belote ou d'échecs ?

LES VIEUX N'ONT PLUS DE VIE SEXUELLE.

Si 85 % des seniors FAUX déclarent avoir entre une et cinq relations physiques par mois, 42 % dépassent les cinq ! Le Viagra serait utilisé par 36 % des hommes, et près d'un ou d'une sexagénaire sur deux s'est déjà servi d'un sex-toy (Ifop, 2017). Quand on connaît les bénéfices liés au rapport sexuel (relaxant, antidépresseur, bon pour le cœur et contre l'hypertension), il serait dommage de s'en priver !

À vous de jouer ! Si la ménopause et ses effets désagréables (bouffées de chaleur, variations hormonales, sautes d'humeur) vous gênent, parlez-en à votre médecin.

Julie BOUCHER

À découvrir