France Dimanche > Vie pratique > Toute la vérité sur la ménopause !

Vie pratique

Toute la vérité sur la ménopause !

Publié le 19 novembre 2014

Ce cap dans la vie d’une femme présente des inconvénients certes, mais de nombreuses idées reçues circulent à son sujet. Avec notre expert, distinguons enfin le vrai du faux

NOTRE EXPERT

”La baisse des hormones féminines œstrogènes
n’entraîne pas tous les maux!”
Dr Danielle Hassoun, gynécologue

« Pour que la femme reste femme » : ce slogan, qui vantait naguère les traitements hormonaux, a véhiculé une image négative de la ménopause qui perdure encore aujourd’hui. Comme si, passé ce cap, la femme n’était plus une femme, alors qu’elle ne peut simplement plus être mère. Pourtant, dans d’autres sociétés, comme chez les Indiens mohaves, aux États-Unis, l’arrêt des règles signe au contraire un épanouissement social, amoureux et érotique de la femme. Alors, comment démêler le vrai du faux ? Notre expert nous aide à tester nos connaissances et à revoir les idées reçues.

MénopauseL’âge moyen de la ménopause est de 51 ans

VRAI  Elle se produit en moyenne entre 50 et 52 ans. Certaines seront ménopausées plus tôt, d’autres plus tard. Selon que les femmes de la famille (côté maternel et/ou paternel) l’auront été tôt (ou tard), la même chose peut se produire pour leur lignée.

La ménopause se déroule en deux étapes

VRAI La ménopause confirmée (l’arrêt des règles) est précédée par la préménopause. Celle-ci dure de plusieurs mois à plusieurs années, marquée par des cycles irréguliers, avec ou sans ovulation, et des symptômes qui varient selon les individus.

Personne n’échappe aux bouffées de chaleur

FAUX  Toutes les femmes ne sont pas touchées par ce trouble, 20 % d’entre elles ignorent tout de ce phénomène qui se caractérise par une ­sensation de chaleur dans le haut du corps et les joues, accompagnée parfois de sueurs nocturnes, palpitations, vertiges, bourdonnements d’oreilles… Céphalées, crampes et fourmillements des mains ou des pieds sont parfois associés. Ces épisodes, d’intensité variable, peuvent précéder, de plusieurs mois ou années, la fin des menstruations, persister plusieurs années après, et parfois ne jamais disparaître même si leur force diminue. Pour l’heure, aucun facteur prédictif ou familial n’a pu être mis en évidence.

On grossit

FAUX  La morphologie peut changer en raison des modifications hormonales et les graisses s’installer au niveau du ventre et des hanches, sans forcément de prise de poids qui, elle, est liée à l’âge, pas à la ménopause. C’est d’ailleurs vrai pour l’homme aussi !

La libido n’est plus ce qu’elle était

FAUX  Il faut distinguer la libido (le désir sexuel) des effets liés à la ménopause, comme la sécheresse vaginale notamment qui, à l’instar des bouffées de chaleur, ne concerne pas pour autant toutes les femmes. Ce symptôme peu diminuer le désir, qui est lui-même un phénomène compliqué, pas uniquement dicté par les hormones. En revanche certaines femmes, délivrées de la gestion des enfants, de l’angoisse d’une grossesse et éventuellement des contraintes professionnelles, retrouvent du plaisir à 50 ans passés, voire… le découvrent enfin ! Il est intéressant de noter que les hommes aussi peuvent « s’engourdir » et souffrir de troubles de l’érection, des symptômes une fois encore liés à l’avancée en âge.

L’humeur change

FAUX  Irritabilité, insomnies, anxiété ne sont pas dus au bouleversement hormonal. Les effets de la ménopause pourront être inexistants chez une femme en forme, mais faire basculer une autre déjà fragilisée par la vie : départ des grands enfants, difficultés conjugales ou professionnelles, retraite… « La ménopause n’est qu’un révélateur des difficultés éprouvées précédemment, elle ne provoque pas la déprime mais potentialise une dépression latente », souligne le
Dr Hassoun, notre expert.

La pilosité augmente !

FAUX  Non, on n’aura pas plus de moustache à la ménopause ! « Ou alors de manière très anecdotique, chez quelques rares femmes », souligne
l’expert. La pilosité varie cependant avec l’âge, le poil peut s’épaissir ou au contraire se raréfier.

Le cholestérol et le risque cardiovasculaire augmentent

VRAI et FAUX Jusqu’à la ménopause, les femmes produisent des œstrogènes qui jouent un rôle protecteur contre l’athérosclérose. Ensuite, le risque de maladies cardiovasculaires (angine de poitrine, infarctus du myocarde) augmente. Cependant, « la hausse du taux de cholestérol et du risque cardiovasculaire est liée à l’âge et non à la ménopause », assure l’expert.

La peau s’assèche

VRAI  « Lorsque les œstrogènes diminuent, la peau s’affine et s’assèche, explique Danielle Hassoun. Pour autant, les rides résultent surtout de l’âge et de l’hygiène de vie, pas directement de la ménopause. »

L’ostéoporose s’installe

FAUX  L’absence de sécrétion hormonale ovarienne provoque certes une diminution de la densité osseuse, ce qui peut entraîner une ostéoporose avec des fractures, en particulier des vertèbres et du col du fémur. Mais avec un bon capital osseux acquis dès l’enfance (alimentation saine, non carencée en vitamine C), le risque est faible.

Florence Heimburger

À découvrir

Sur le même thème