France Dimanche > Vie pratique > Voiture, train, bateau : n’ayez plus la nausée !

Vie pratique

Voiture, train, bateau : n’ayez plus la nausée !

Publié le 14 août 2015

nause-e

Trois millions de Français souffrent du mal des transports (ou cinétose). Pour eux, les trajets sur route, sur l’eau ou dans les airs sont un calvaire. Voici quelques conseils pour atténuer ce trouble sans gravité, mais ô combien pénible de la nausée !

Pâleur, sueurs froides, vertiges, nausées, voire vomissements… Pour certains, un départ en vacances n’est pas toujours synonyme de plaisir. En cause ? Le mal des transports !

« Le cerveau reçoit des informations contradictoires provenant des différents organes qui assurent notre équilibre : les yeux, l’oreille interne et les récepteurs musculaires », explique notre expert, le Dr Martine François. Il y a un décalage entre ce que perçoivent l’œil et l’oreille et ce que le corps ressent. Alors que nous sommes assis, immobiles, la vision indique un déplacement et l’oreille interne perçoit des accélérations, décélérations, virages… Ceux qui ne s’adaptent pas à ces conflits ont alors le cœur au bord des lèvres.

NOTRE EXPERT

Martine FrançoisLes enfants sont plus sujets
au mal des transports que les adultes.
Mais certains gestes simples
peuvent soulager.”

Dr Martine François,
ORL à l’hôpital Robert-Debré,
à Paris

"Les enfants de 3 à 12 ans sont davantage touchés que les adultes, et les femmes un peu plus que les hommes. Une exception : le bateau où tout le monde peut se sentir mal, même les navigateurs les plus aguerris", précise l’ORL. "Et c’est en avion qu’il y a le moins de problèmes : Il y a très peu de mal de l’air », constate l’expert. Voici plusieurs astuces pour dissiper ce malaise.

On se prépare au voyage

Mieux vaut bien dormir les nuits qui précèdent le départ : on est moins sujet au mal des transports lorsque l’on est reposé. On ne part pas à jeun, on prévoit des collations légères pour le trajet et de l’eau pour bien s’hydrater. « Il est moins douloureux de vomir le ventre plein que le ventre vide », précise le Dr François.

On respecte quelques règles en voiture

Circulez à une heure où les enfants dorment, car « seules les personnes éveillées sont touchées par le trouble », note l’expert. Évitez les coups de volant et la conduite sportive. Placez votre enfant sur un rehausseur, une obligation de sécurité routière qui lui permet de voir le paysage défiler.

On prend les bons médicaments

Les antihistaminiques de première génération ont fait preuve d’efficacité : Mercalm (à partir de 6 ans), Nausicalm et Nautamine (comprimé ou forme liquide), sans prescription médicale. Ils doivent être pris une demi-heure avant le départ, puis toutes les six heures si nécessaire. Toutefois, ils sont interdits aux enfants de moins de 2 ans et « pourraient bientôt disparaître », prévient le médecin.
Si vous prenez le bateau, que ce soit un paquebot ou un voilier, collez derrière l’oreille un patch (Scopoderm, sur ordonnance et non remboursé par la Sécurité sociale) pour échapper au mal de mer causé par le roulis !
Très utilisée contre le mal des transports, l’homéopathie donne aussi de bons résultats. À condition d’avaler les granules la veille, puis juste avant le départ. Essayez Cocculus indicus 9CH, Tabacum 9CH, Nux vomica 9CH et Petroleum 9CH. Demandez conseil à votre pharmacien.
Autres options : portez des bracelets d’acupression à chaque poignet, mâchez un chewing-gum au gingembre ou, pour les adultes, dégustez un sucre gorgé d’un peu d’alcool de menthe… «L’efficacité n’est pas prouvée, indique l’ORL, mais cela ne coûte rien d’essayer ! »

On évite les facteurs favorisants

La fatigue, les odeurs fortes (renfermé dans la cabine du bateau, parfum, essence…), les repas trop gras et indigestes, ainsi que le tabac et l’alcool sont propices au mal des transports. Et « les vomissements sont contagieux », met en garde notre expert.

On choisit la bonne place, voire on conduit ou on dort

Sur un bateau, on s’assied à côté du mât ou au milieu, au plus près du centre de gravité. En voiture ou dans un car, on se place à l’avant et on imagine que l’on conduit : on reste attentif à la circulation, on anticipe les gestes… Mieux encore, on prend le volant ou la barre lorsque l’on sait conduire ou naviguer ! Sinon, on tâche de toujours regarder un point fixe pendant le transport : la ligne d’horizon par exemple. Dans un train, « on peut se placer dans le sens de la marche ou dans le sens inverse, cela n’a pas d’importance », révèle le Dr François. En revanche, on n’oublie pas de regarder le paysage défiler. On peut aussi… dormir !

On met son cerveau au repos

Évitez de lire, de regarder un film ou de jouer à un jeu vidéo… « Regarder un point fixe proche de soi alors qu’on est en mouvement aggrave le trouble, précise l’ORL. Pour divertir les enfants, on peut chanter, repérer certaines plaques d’immatriculation, faire des jeux… » Il faut également les inciter à regarder dehors.

On respire par le ventre

Inspirer et expirer calmement par le ventre (respiration abdominale), de l’air frais si possible, chasse le stress et l’anxiété. Entrouvrez la fenêtre de la voiture ou faites un tour sur le pont du bateau…
Si les troubles persistent à l’issue du voyage, consultez ! Votre mal n’est peut-être pas celui des transports…

LES COUPS DE POUSSE ANTINAUSÉES

braceletLes bracelets d’acupression
Ils soulagent les nausées sans médicaments ! Pour un effet optimal, on en porte un à chaque bras, placé sur le point d’acupuncture Nei-Kuan, à trois doigts au-dessus du poignet, avant le voyage et tout au long du parcours pour un meilleur résultat.
• 12 €, deux bracelets Sea-Band Adultes, BioExpress. En vente dans les pharmacies, parapharmacies et magasins diététiques.

MentheL’alcool de menthe
Une à trois gouttes sur un sucre, diluées dans un verre d’eau ou dans une infusion et le malaise se dissipe ! Réservé à l’adulte.
• 7,70 € le flacon de 50 ml d’alcool de menthe de Ricqlès. En vente dans les pharmacies.

CocculineL’homéopathie
Ce traitement à prendre la veille du départ et pendant le trajet permet de passer un voyage plus serein.
À partir de 18 mois.
• 5,58 € la boîte de 40 comprimés, Cocculine, Mal des transports, Boiron. En pharmacie.

Chewing-gumChewing-gums au gingembre
À l’arôme naturel de gingembre (plante efficace contre les nausées), ils chassent rapidement le mal, à condition de supporter leur piquant !
• 4,09 € la boîte de 24 chewing-gums format voyage, Sea-Band. En pharmacie, parapharmacie et magasins diététiques.

Florence Heimburger

À découvrir