France Dimanche > Vie pratique > VOYAGE : Douai, les fêtes de Gayant

Vie pratique

VOYAGE : Douai, les fêtes de Gayant

Publié le 27 juin 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

À 40 kilomètres de Lille, la capitale des Géants accueille à nouveau le plus grand défilé du nord de la France.

Derrière la façade d’une très haute maison rue de Lambres, c’est l’heure des préparatifs avant que Monsieur et Madame Gayant et leurs trois enfants, Jacquot, Fillon et Binbin, ne se réveillent d’un long sommeil de plus de deux ans et demi, lié à la pandémie du Covid. Le dimanche 10 juillet au matin, les fêtes de Gayant et les géants, inscrits tous deux au patrimoine de l’Unesco, feront donc leur grand retour sous les yeux d’une foule toujours admirative. Il faut dire qu’ici chaque année, tout le monde attend la famille, comme des proches qu’on n’aurait pas vus depuis longtemps. C’est en 1530 que serait apparu pour la première fois le père, un colosse de 8,50 m de haut pesant 375 kg, qui fut l’année suivante rejoint par sa femme, Marie Cagenon. Plus petite avec ses 6,25 m et plus légère, avec ses 250 kg tout de même, elle est la plus grande géante du Nord de la France. Les aînés, Jacquot et Fillon, « sont nés » dans la deuxième moitié du xviie siècle, et Binbin au début du xviiie.

Confrérie

À l’intérieur des structures en osier u couple se glissent six porteurs qui les oulèvent par les épaules. Ils sont guidés ar des chefs de lunette, les seuls à voir ’extérieur. Un seul homme fort supporte e poids de chaque enfant (de 45 à 80 kg). out de blanc vêtus, une large ceinture oire à la taille, les membres de la confrérie de la Famille Gayant tiennent leur rôle avec honneur et rigueur. En fin de matinée, la famille Gayant est attendue dans la cour de l’hôtel de ville pour le lâcher de pigeons, le lancer de bonbons et les premiers rigodons.

C’est en 1530 que serait apparu le père, un colosse de 8,50 m de haut pesant 375 kg.

Pour les petits et les grands

C’est l’occasion pour tous les parents de tendre leurs enfants à bout de bras pour que ces derniers déposent un baiser sur la joue de Binbin, le benjamin. Puis à partir de 15 heures, dans les rues de la ville a lieu le défilé tant attendu, ouvert par les jeunes Gayant et fermé par leurs parents quelques heures plus tard. Entre les deux, de grands chars et des troupes de spectacle des arts de rue se succèdent, des fanfares et beaucoup de bonne humeur.

Lundi et mardi, les géants continuent d’aller à la rencontre des Douaisiens, même dans les maisons de retraite. Le mardi vers 20 h 30, la foule les attend pour un ultime au revoir. Comme tous les enfants, Binbin, le petit dernier, renacle à quitter la fête. Quelques allers-retours sont nécessaires avant que sa maman ne réussisse à le convaincre. La porte se referme devant les yeux émus des petits et des grands qui pensent déjà à l’année prochaine.

L’origine

Elle n’est pas clairement établie mais on peut y déceler une ressemblance avec les processions religieuses espagnoles. L’origine pourrait remonter à l’époque où la ville dépendait de Charles Quint, souverain du Saint-Empire romain germanique et duc de Bourgogne, dont la mère était Jeanne de Castille. Les Douaisiens mettent en avant 1479, date à laquelle les Français auraient été repoussés par saint Maurand, protecteur de la ville. Ainsi organisèrent-ils une procession annuelle en son honneur. En 1530 apparaît le géant en osier. Son nom, Gayant, signifie simplement géant en picard.

Et aussi

PROFITEZ DE VOTRE VENUE POUR : • Admirer le beffroi, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Victor Hugo le disait « le plus beau de tous ».

Montez jusqu’au carillon dont les 62 cloches tintent toujours. • Remarquer les très étroites ruelles médiévales et les différentes architectures : flamande, française et bourguignonne.

• Faire une promenade en bateau sur la Scarpe qui traverse la ville.

• Arpenter les anciennes cités minières, dont celles de la Clochette où se situe l’église Notre-Dame-des-Mineurs, un bijou de style Art déco.

• Visiter le musée-parc Arkéos où est reconstitué un village de l’an 1000.

Festival des Binbins

Du mercredi 6 au vendredi 8 juillet, les enfants ont eux aussi leurs spectacles : théâtre, musique, contes, lecture, manège, jeux, il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges dans divers lieux de la ville. n Infos : https: //festivaldesbinbins.fr

Carnet pratique

Où manger ? Le Prévert, 28 rue de La Comédie, dont la cuisine régionale permet de goûter à la carbonade flamande ou au welsh.

Où dormir ? Hôtel La Terrasse en plein centre-ville, à partir de 86 € pour deux (www.laterrasse.fr) ou un peu plus à l’écart, l’Ibis Styles (de 70 à 150 €) qui possède des chambres familiales (https: //hotel-volubilis.fr).

Pour organiser son voyage et ses visites : www.douaisis-tourisme.fr

Julie BOUCHER

À découvrir