France Dimanche > Vie pratique > Wendy Bouchard : La classe aux œufs !

Vie pratique

Wendy Bouchard : La classe aux œufs !

Publié le 12 avril 2020

Cette période de confinement est propice à la créativité des instituteurs, qui donnent des cours de cycle de vie des œufs, à distance, mais en live !

Cette semaine je souhaitais partager avec vous une « carte postale américaine » envoyée par une de nos lectrices. Audrey a quitté la France il y a trois ans pour San Francisco afin d’y suivre son mari, chercheur en biologie. Amoureuse des animaux, Audrey était bénévole dans un refuge pour chats en région parisienne. Poser le pied aux États-Unis ne lui a pas fait oublier sa passion. Aussi s’est-elle fait engager comme maîtresse remplaçante à l’école French American International School de San Francisco (FAIS) qui abonde en projets animaliers particulièrement ambitieux pour ses 1 000 élèves. S’intégrant à ceux-ci, la nouvelle enseignante a décidé d’étudier le cycle de la vie à partir d’œufs fécondés et donc… de poussins ! Pendant 21 jours, ses élèves auraient donc dû couver du regard 7 œufs placés au chaud dans un incubateur automatique…

Mais ça, c’était avant l’épidémie du coronavirus qui, à San Francisco comme en France, a provoqué la fermeture des écoles. Du coup, les œufs encore en incubation ont dû migrer chez Audrey !

Jeudi 19 mars, premier coup de bec dans la coquille. En 48 heures, 6 des 7 poussins vont éclore, le septième œuf demeurera définitivement clos. Ces six petits êtres tout mouillés et désarticulés vont faire leurs premiers pas, eux aussi… confinés dans l’incubateur ! Ils vont y rester 36 heures, le temps de sécher leur duvet délicat.

Dans l’ordre d’apparition, les poussins Augustin, Valentin, Capucin, Célestin, Constantin et Jean-Alain (qui riment tous en « -in ») font le bonheur de leurs parents adoptifs, des autres maîtresses de l’équipe et surtout des enfants, tenus informés à distance (presque) en temps réel.

Dès lors, les activités prévues pour la classe sur le développement des oisillons se transforment en cours en ligne, avec concours de dessins, travail d’écriture des prénoms et apprentissage de vocabulaire. Tous les jours, pendant deux heures, les enfants peuvent aussi se connecter et observer les poussins en direct.

À la maison, les poussins apprennent à manger et à boire, tout en restant douillettement sous leur lampe chauffante, grandissant (presque) à vue d’œil. Ainsi, leurs piaillements accompagnent le télétravail de leurs parents. Au bout d’une semaine, le duvet commence à s’effacer pour laisser place à de petites plumes. À 10 jours maintenant, les tentatives d’évasion se font plus nombreuses. Les poussins entreprennent de voleter et l’espace vient un peu à manquer.

Cela tombe bien puisqu’ils vont partir cette semaine pour leur nouvelle famille, celle qui les élèvera pour toujours ! Bravo Audrey, mission réussie ! Ou comment instruire des enfants sur les merveilles de la nature tout en s’amusant et en faisant du bien à nos congénères à plumes…

Wendy BOUCHARD

À découvrir