France Dimanche > Vie pratique > Wendy Bouchard : Protégeons plantes et oiseaux des intempéries

Vie pratique

Wendy Bouchard : Protégeons plantes et oiseaux des intempéries

Publié le 14 décembre 2019

Nos végétaux, comme nos petits amis à plumes, n’aiment pas être trempés ni être gelés, il est donc grand temps de les préparer à passer l’hiver.

Voici les conseils de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) pour faire de votre jardin un petit « refuge alimentaire ».
 

Où et quand installer une mangeoire ?

C’est à partir de la mi-novembre que s’ouvre la période idéale. N’oubliez pas de l’entretenir et de la remplir jusqu’à la fin de la mauvaise saison. Positionnez-la dans un arbre – ou tout près –, dans un endroit assez dégagé qui n’effraie pas les oiseaux et d’où ils pourront guetter l’arrivée d’éventuels prédateurs. Assurez-vous aussi qu’elle est à l’abri de la pluie pour préserver sa nourriture.
 

Quelle mangeoire choisir ?

Qu’elles soient à poser ou à suspendre, quel qu’en soit le modèle), ces mangeoires attireront nombre d’espèces au jardin.
 

Quelle nourriture donner aux oiseaux ?

Ces derniers ont besoin d’une réserve de graisse pendant la mauvaise saison. Voici une liste d’aliments recommandés. Vous trouverez un mélange de graines complètes dans les jardineries, à base de graines de tournesol noires très nutritives. Vos amis à plumes se régaleront aussi d’une pâtée faite maison de légumes flétris, cacahuètes nature et pains de graisse : saindoux ou margarine de préférence. Surtout pas de biscotte ni de pain sec ou détrempé, qui leur occasionnent des troubles digestifs. Pas de sel ni de lait non plus. En revanche, n’oubliez pas l’eau – indispensable –, à changer en cas de gel !

Après ce début novembre pluvieux – et donc très humide –, je souhaitais insister sur deux points importants : il s’avère nécessaire de protéger nos végétaux des précipitations et, face à la baisse des températures, d’agrémenter son jardin de mangeoires pour aider les oiseaux à passer l’hiver…
 

Grosses pluies  : plantes en danger ?

Vous le savez peut-être, chers amis, les trombes d’eau engorgent les sols et en chassent l’oxygène. Les racines ne peuvent alors plus respirer et le végétal s’asphyxie. Complètement étouffées, ses feuilles ramollissent et jaunissent.

Et si par-dessus le froid s’installe, le gel des racines gorgées d’eau peut l’achever. Je pense aux bruyères, aux primevères, aux hellébores ou aux pensées, les végétaux du moment.

Alors il faut être attentif à tout excès de pluie pour leur garder leurs couleurs d’automne. Si le sol est imbibé, le geste qui sauve consiste à drainer autour des massifs. L’apport d’un peu de sable absorbera aussi le trop-plein d’humidité.

N’oubliez pas de protéger les pieds avec une matière imperméable en complément. Si vos plantes sont en pot, mettez-les à l’abri, tout en prenant garde à ce que l’eau ne stagne pas au fond et s’évacue immédiatement. Nos petites fleurs d’hiver n’aiment pas être noyées !

Wendy BOUCHARD

À découvrir